LE BLOG

L'atelier - VPNG Avocats - Montpellier

Le principe général du reclassement de l’agent inapte… ne s’applique pas aux stagiaires

Auteur : Régis CONSTANS
Publié le : 21/11/2016 21 novembre nov. 11 2016

Depuis quelques années la jurisprudence administrative avait étendu, par le biais d’un principe général du droit, l’obligation de procéder au reclassement des agents publics inaptes à leur emploi, à des catégories pour lesquelles la loi n’avait pas imposé une telle obligation.

Il en avait été ainsi pour les contractuels de droit public (CE, 26 février 2007, ANPE, n° 276863) et certaines cours administratives d’appel en avaient aussi fait application aux fonctionnaires stagiaires (par exemple, CAA Marseille, 10 mai 2011, n° 08MA03836 ou CAA Versailles, 1er avril 2014, n° 12VE01799).

La Cour administrative d’appel de Paris avait même jugé :
« 9. Considérant qu'il résulte d'un principe général du droit, applicable, notamment, et contrairement à ce que soutient la commune de Vitry-sur-Seine, aux fonctionnaires stagiaires, que lorsqu'il a été médicalement constaté qu'un agent se trouve de manière définitive atteint d'une inaptitude physique à occuper son emploi, il appartient à l'employeur de le reclasser dans un autre emploi et, en cas d'impossibilité, de prononcer, dans les conditions applicables à l'intéressé, son licenciement » (CAA Paris, 10 décembre 2013, n° 12PA01500).

Toutefois, compte tenu de la situation particulière des fonctionnaires stagiaires, qui sont dans une situation probatoire et provisoire, le Conseil d’Etat a décidé d’infirmer cette solution.

Par un arrêt du 17 février 2016, il est venu juger que :
« 5. Considérant que si, en vertu d'un principe général du droit dont s'inspirent tant les dispositions du code du travail relatives à la situation des salariés que les règles statutaires applicables aux fonctionnaires, en cas d'inaptitude physique définitive, médicalement constatée, à occuper un emploi, il appartient à l'employeur de reclasser l'intéressé dans un autre emploi et, en cas d'impossibilité, de prononcer son licenciement dans les conditions qui lui sont applicables, ni ce principe général ni les dispositions citées ci-dessus de la loi du 11 janvier 1984 et du décret du 7 octobre 1994 ne confèrent aux fonctionnaires stagiaires, qui se trouvent dans une situation probatoire et provisoire, un droit à être reclassés dans l'attente d'une titularisation pour toute inaptitude physique définitive » (CE, 17 février 2016, Belkhir, n° 381429).
 
Faisant application du revirement de jurisprudence susmentionné du Conseil d’Etat, la Cour administrative d’appel de Versailles, vers laquelle le Conseil d’Etat avait renvoyé l’affaire afin qu’elle soit tranchée au fond, a jugé :

« 13. Considérant que si, en vertu d'un principe général du droit dont s'inspirent tant les dispositions du code du travail relatives à la situation des salariés que les règles statutaires applicables aux fonctionnaires, en cas d'inaptitude physique définitive, médicalement constatée, à occuper un emploi, il appartient à l'employeur de reclasser l'intéressé dans un autre emploi et, en cas d'impossibilité, de prononcer son licenciement dans les conditions qui lui sont applicables, ni ce principe général ni les dispositions citées ci-dessus de la loi du 11 janvier 1984 et du décret du 7 octobre 1994 ne confèrent aux fonctionnaires stagiaires, qui se trouvent dans une situation probatoire et provisoire, un droit à être reclassés dans l'attente d'une titularisation pour toute inaptitude physique définitive ; que l'article 37 du décret du 9 mai 1995 prévoit seulement la possibilité d'un reclassement pour les élèves et les fonctionnaires stagiaires des services actifs de la police nationale lorsqu'ils ont été blessés dans l'exercice d'une mission de police ;
14. Considérant, d'une part, qu'il résulte de ce qui précède que M.C..., qui était gardien de la paix stagiaire, ne saurait utilement se prévaloir, à l'encontre de l'arrêté attaqué du 26 mai 2011 du principal général du droit susmentionné ; que, par ailleurs, compte tenu de la situation particulière des fonctionnaires stagiaires, qui se trouvent dans une situation probatoire et provisoire, le requérant n'est pas fondé à soutenir que les dispositions précitées de l'article 37 du décret du 9 mai 1995 susvisé, qui prévoient seulement la possibilité d'un reclassement pour les élèves et les fonctionnaires stagiaires des services actifs de la police nationale lorsqu'ils ont été blessés dans l'exercice d'une mission de police, seraient contraires au principe d'égalité »
(CAA Versailles, 3 novembre 2016, Belkhir, n° 16VE00683).
 
Cette solution s’inscrit dans une logique évidente : le fonctionnaire stagiaire doit, pendant le stage, démontrer sa capacité à occuper un emploi ; si, en cours de stage, il se révèle inapte à occuper cet emploi, compte tenu du caractère probatoire et provisoire de la période de stage, il n’y a pas, sauf disposition spécifique dérogatoire, d’obligation de le reclasser.

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.