LE BLOG

L'atelier - VPNG Avocats - Montpellier

L’absence d’urgence à suspendre une décision d’installer une crèche de la nativité au siège d’une collectivité

Publié le : 05/01/2017 05 janvier janv. 01 2017

Depuis quelques années un débat nourri a eu lieu entre les différentes juridictions administratives relativement à l’installation de crèches de la nativité dans les bâtiments publics. Se posait notamment la question centrale de la compatibilité de telles installations avec la loi de 1905.

Par un arrêt du 9 novembre 2016, le Conseil d’Etat, en formation solennelle, a tranché le conflit qui a opposé les juges du fond quant au caractère cultuel ou culturel d’une crèche de la nativité installée dans un bâtiment public. A cette occasion, à défaut d’apporter une réponse univoque à cette question, il a apporté aux juges du fond qui seront appelées dorénavant à juger de telles affaires, des critères d’appréciation.

Procédant à une analyse circonstanciée des faits, le Conseil d’Etat a rappelé que les dispositions de la loi de 1905 « qui ont pour objet d’assurer la neutralité des personnes publiques à l’égard des cultes, s’opposent à l’installation par celles-ci, dans un emplacement public, d’un signe ou emblème manifestant la reconnaissance d’un culte ou marquant une préférence religieuse. Elles ménagent néanmoins des exceptions à cette interdiction. Ainsi, est notamment réservée la possibilité pour les personnes publiques d’apposer de tels signes ou emblèmes dans un emplacement public à titre d’exposition. En outre, en prévoyant que l’interdiction qu’il a édictée ne s’appliquerait que pour l’avenir, le législateur a préservé les signes et emblèmes religieux existants à la date de l’entrée en vigueur de la loi ».

Cela a conduit la Haute Juridiction à constater qu’« une crèche de Noël est une représentation susceptible de revêtir une pluralité de significations. Il s’agit en effet d’une scène qui fait partie de l’iconographie chrétienne et qui, par là, présente un caractère religieux. Mais il s’agit aussi d’un élément faisant partie des décorations et illustrations qui accompagnent traditionnellement, sans signification religieuse particulière, les fêtes de fin d’année ».

Dès lors, « eu égard à cette pluralité de significations, l’installation d’une crèche de Noël, à titre temporaire, à l’initiative d’une personne publique, dans un emplacement public, n’est légalement possible que lorsqu’elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, sans exprimer la reconnaissance d’un culte ou marquer une préférence religieuse. Pour porter cette dernière appréciation, il y a lieu de tenir compte non seulement du contexte, qui doit être dépourvu de tout élément de prosélytisme, des conditions particulières de cette installation, de l’existence ou de l’absence d’usages locaux, mais aussi du lieu de cette installation. A cet égard, la situation est différente, selon qu’il s’agit d’un bâtiment public, siège d’une collectivité publique ou d’un service public, ou d’un autre emplacement public ».

En conséquence, « dans l’enceinte des bâtiments publics, sièges d’une collectivité publique ou d’un service public, le fait pour une personne publique de procéder à l’installation d’une crèche de Noël ne peut, en l’absence de circonstances particulières permettant de lui reconnaître un caractère culturel, artistique ou festif, être regardé comme conforme aux exigences qui découlent du principe de neutralité des personnes publiques » mais, qu’« à l’inverse, dans les autres emplacements publics, eu égard au caractère festif des installations liées aux fêtes de fin d’année notamment sur la voie publique, l’installation à cette occasion et durant cette période d’une crèche de Noël par une personne publique est possible, dès lors qu’elle ne constitue pas un acte de prosélytisme ou de revendication d’une opinion religieuse » (CE, 9 novembre 2016, commune de Melun, n° 395122).

Comme l’on pouvait s’y attendre, cette décision du 9 novembre 2016 n’a pas épuisé le sujet.
Preuve en est l’ordonnance rendue par le juge des référés du Tribunal administratif de Lyon le 17 décembre 2016, relativement à une demande de suspension de la décision du président de la Région auvergne-Rhône-Alpes d’installer une crèche de la nativité au sein même de l’hôtel de région.
S’il ne faisait peu de doute quant à l’illégalité d’une telle décision au regard des critères récemment fixés par le Conseil d’Etat (absence de circonstances particulières permettant de reconnaître un caractère culturel, artistique ou festif), pour autant, le juge des référés a rejeté la demande de suspension en relevant « que l’allégation concernant un risque de trouble à l’ordre public n’est assortie d’aucune précision ni d’aucune justification tendant à démontrer l’existence de circonstances particulières induisant un tel risque que l’installation de cette crèche aurait provoqué ; que, par ailleurs, la circonstance que le tribunal ne pourra pas se prononcer sur les conclusions tendant à l’annulation de la décision contestée avant qu’elle ait produit tous ses effets ne saurait, à elle seule, caractériser une situation d’urgence » (TA Lyon, ord, 17 décembre 2016, Ligue française des droits de l’homme et du citoyen, n° 1609064).

Il en résulte que, sauf circonstances particulières, les décisions d’installer des crèches de la nativité au siège de collectivités locales, quand bien même elles seraient manifestement illégales, ne pourront être suspendues pour défaut d’urgence.
Le débat devant les juridictions administratives n’aura donc aucune efficacité pratique et des décisions interviendront, plusieurs mois, voire plusieurs années après que les crèches aient été enlevées, pour simplement observer que le Droit n’a pas été respecté.

Historique

<< < 1 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.